1 MegaWatt par mètre carré: l’avenir de l’énergie osmotique ?

L’énergie osmotique est produite par osmose entre de l’eau douce et de l’eau salée séparée par une fine membrane. La production de cette énergie se fait idéalement à l’estuaire des fleuves.

Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne auraient créé une membrane semi-perméable — composée  de disulfure de molybdène et épaisse de 3 atomes — capable de générer de l’ordre d’1MegaWatt d’électricité par mètre carré.

Avant cette annonce, le rendement d’une centrale à énergie osmotique était de l’ordre d’1 Watt par mètre carré (source: L’eau salée, moteur de l’énergie osmotique).

Ces chercheurs ont donc créé une membrane 20,000 fois plus performante que les technologies existantes.

Le disulfure de molybdène est une substance relativement commune et pouvant être obtenue par dépôt de vapeur chimique. Il semble donc assez simple de produire de telles membranes. Il reste le problème de la résistance au déchirement et du bouchage de la membrane.

La production à grande échelle est notamment étudiée par Statkraft, compagnie d’électricité norvégienne spécialisée dans les énergies renouvelables. Elle a inauguré sa première installation osmotique à Tofte, en Norvège, en 2009. Son but est de tester la tenue des membranes dans le temps.

Si le disulfure de molybdène tient ses promesses, cette énergie renouvelable a de beaux jours devant elle, car tout estuaire de fleuve peut abriter une centrale osmotique.

Source : Electricity generated with water, salt and a three-atoms-thick membrane

Auteur : Pierre-Yves

Passionné d’informatique depuis mon premier ordinateur – un Atari ST, mon but est de regrouper l’ensemble de ma vie dans mon outil informatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *